Artiste : un métier…

À propos de ce que peut gagner un artiste de variété, et par quels moyens…

Johnny recevait une avance de 1 million d’euros par album en studio, et de 500.000 euros par album live. En outre, à partir de 2,5 millions d’exemplaires vendus, il touchait une redevance de 25% sur les ventes de nouveaux albums, et de 7% à 8% sur les chansons de plus de deux ans (contre 17% à 18% dans le contrat précédent). Par exemple, en 2013, le back catalogue ayant généré 11 millions d’euros de chiffre d’affaires, Johnny en a reçu 7%, soit 622.242 euros.

À cela s’ajoutent les revenus des concerts. L’infatigable rocker en effectuait en moyenne 55 par an. À titre d’exemple, lors de la tournée des Vieilles canailles, il recevait 150.000 euros par date, soit au total 2,5 millions d’euros, selon Paris Match.

Les revenus des concerts étaient perçus via diverses sociétés. Pour la tournée Flashback, 20% des revenus atterrissaient chez Artistes et Promotion SAS, qui a ainsi reçu 6,3 millions d’euros en 2006, ce qui lui a permis de lui verser un dividende de 4,5 millions. Pour la tournée M’arrêter là, 80% des recettes étaient perçues par la société Navajo EURL, qui a ainsi reçu 12,5 millions d’euros en 2009. Enfin, les revenus de la tournée Jamais seul finissaient chez Mamour SARL, qui a ainsi reçu 12 millions d’euros en 2012, et reversé à la star un dividende de 5,3 millions d’euros. [Source]