Éloge de la lenteur…


Philippe Miller m’a gentiment envoyé, pour vous, un lien vers un article d’Antoine Hervé parlant pédagogie, et recommandant la lenteur dans les périodes difficiles d’apprentissage.

Le bonhomme a tout bon, et sa méthode est plus que sensée, elle en est évidente pour qui a déjà travaillé son mental. Je remercie donc Philippe Miller de ce bon plan, et  Antoine Hervé d’avoir aussi clairement exposé la chose.

 

Inutile de vous dire qu’il FAUT aller lire l’article. Il commence comme suit…

 

Il y a des moments dans la vie d’un instrumentiste où rien n’y fait, ça résiste, on ne trouve pas la solution pour progresser et parvenir à un résultat convenable.

Parfois même, la motivation en fait les frais.

Alors comment faire et quelle méthode de travail adopter?

Il existe une méthode à laquelle on ne pense pas immédiatement, mais qui est d’une efficacité redoutable : travailler très lentement et suffisamment afin de donner au cerveau le temps de l’apprentissage, sans le stresser, par exemple en exigeant des prouesses irréalisables telles que restituer une page ou une grille d’improvisation sans même avoir pris le temps de l’étudier à fond, sous tous ses angles et tous ses aspects.

Plus ça résiste et plus il faut commencer très très lentement, et très très longtemps!

Après quoi, le cerveau restituera n’importe quelle oeuvre à la vitesse souhaitée, avec le sourire et dans la détente.

Et puis la lenteur est le clé du plaisir. Alors hâtons-nous lentement.

Méthodologie et effets ressentis…[La suite…]

 

Merci à Gilles Ferré, le Dexterien, pour la source!

Antoine Hervé est pianiste,  prix Django-Reinhardt . Il a dirigé l’Orchestre national de jazz (ONJ) de 1987 à 1989 . 

Très impliqué dans la pédagogie, il tient un blog dédié, et se produit régulièrement en public notamment lors de concerts commentés rappelant l’historique et les techniques utilisées par les plus grands jazzmen comme Keith JarrettOscar PetersonAntônio Carlos JobimDave BrubeckChick Corea