La mauvaise nouvelle du jour….

Le Conservatoire de Gennevilliers est un conservatoire unique. Je n’en connais pas qui fasse autant la place à la valeur de ses élèves et qui se soucie autant de leur épanouissement. Que vous pratiquiez classique, ou jazz, ou musiques actuelles, le regard qui vous sera proposé sera toujours bienveillant, porteur et enthousiaste.

L’équipe qui permet ce bonheur a été portée et soutenue par Bernard Cavanna, directeur, compositeur inspiré et homme de bien. Un homme qui a des idées, pas celles de tout le monde, loin de là, et qui explore et fait explorer le champ musical avec un enthousiasme sans réserve. Bernard Cavanna, c’est quelqu’un qui reconnaît les qualités et qui permet à chacun d’exploiter son potentiel. Et il est contagieux.

Or, ce Bernard Cavanna-là a choisi de lever le pied et de quitter son bureau (son bureau?!) de directeur du lieu. Retraite… Tristesse et inquiétude. Le bonhomme va manquer à tous, des petits qu’il encourageait aux grands qui aimaient tant sa fréquentation.

Bernard Cavanna aura été le moteur ô combien puissant de l’évolution de cette place et de ceux qui l’habitent. Combien de nouveautés, combien de risques affrontés et combien de bonheur lui devront nous.

Voilà… Ça ne l’empêchera heureusement de composer et de nous proposer de nouvelles oeuvres, mais sa présence et sa vibration nous manqueront.

Une période s’achève. Salut Bernard! À bientôt!