Accordeon

L’accordéon, à dire vrai, ce n’est pas mon truc. Enfin, je le croyais, ayant été bassiné de mauvaise musette et de variétés quelconques dans mon enfance. Je m’étais brusquement  rapproché d’abord du bandonéon, dont il me restait en mémoire un Libertango scandaleux d’une époque, par le travail, et la musique, exceptionnels de Louise Jallu.

Puis, de fêtes de musiciens en discussions de musiciens, je me suis réconcilié avec ce qui n’a rien à voir avec “le piano du pauvre”.

Et je tombe là-dessus, et je l’ai écouté quinze fois, et je tire mon chapeau, pas pour la performance, que je trouve colossale, mais pour la musique… Admiratif, je suis. Il s’appelle Alexandr Hrustevich

 

Une pensée sur “Accordeon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.