Disparition brutale de Julien Gauthier, compositeur et enseignant au CRD de Gennevilliers

Nous ne reverrons pas Julien Gauthier, compositeur, collègue et ami, enseignant au Conservatoire de Gennevilliers, agressé par un grizzly dans le nord sauvage du Canada, lors d’un voyage au coeur d’une nature qu’il connaissait et aimait. La séparation est brutale et inattendue, le choc doit être terrible pour ses proches, que nous assurons de notre sympathie. Mais que valent les mots devant ce destin?

Bio

Julien Gauthier, diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP), s’est formé à la composition sous diverses formes : instrumentale, électroacoustique et électronique. Il a reçu des commandes de l’Orchestre Symphonique de Bretagne, de l’Ariam, du Fonds d’Action Sacem, du Cabaret Contemporain ou du Ministère de la Culture, et travaillé comme compositeur pour les spectacles de plusieurs compagnies de théâtre ou de danse, dont l’ensemble Lab//SEM, la Compagnie du Sarment ou toda via teatro. Son travail pour le théâtre et la danse a pu ainsi être entendu notamment au théâtre du Soleil, à l’Abbaye de Royaumont ainsi que sur plusieurs scènes conventionnées. Passionné également par les voyages et particulièrement les rencontres avec les styles ou cultures musicales extra-occidentales, Julien a été amené à travailler avec le oudiste marocain Yacir Rami sur un projet réunissant le oud et le quatuor à cordes, dont l’album En Modalie est sorti en juin 2016. Il a récemment travaillé avec la chanteuse franco-syrienne Climène Zarkan ainsi que la chanteuse de jazz Roxane Roussel en tant que compositeur invité au festival Coïncidences, à Angers (2017). Il cherche également à approfondir sa connaissance des musiques extra-européennes notamment à travers l’étude des tablas indiens, et à utiliser dans ses compositions ces influences diverses. Parallèlement à son activité de compositeur, Julien Gauthier enseigne l’Histoire et l’Analyse Musicale au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Gennevilliers, et intervient régulièrement à la Philharmonie de Paris dans le cadre de nombreux projets : Demos, Parcours Musiques, conférences au Musée de la Musique, etc.) Lauréat de la résidence de création l’Atelier des Ailleurs 3, il a été amené à séjourner 5 mois lors de l’été austral 2016 sur les îles Kerguelen, dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises, un des lieux les plus isolés de la planète. Au cours de la saison prochaine, il sera compositeur en résidence à l’Orchestre de Symphonique de Bretagne, et à cette occasion sera effectuée la création de sa Symphonie Australe, pièce pour grand orchestre symphonique et vidéo, issue de son travail dans les îles sub-antarctiques. En juin 2017, c’est un autre projet issu de cette même résidence qui a vu le jour : un disque de créations et de paysages sonores issus des îles Kerguelen, Inaudita Symphonia.

 

Une bonne partie de sa vie musicale est ici…

 

Les hommages du monde de la musique

Marc Feldman, administrateur de l’Orchestre de Bretagne qui accueillait Julien Gauthier en résidence s’est dit « profondément attristé » par le décès d’un « compagnon de route ». Le directeur a souhaité rendre hommage à « un homme sensible, généreux et talentueux que beaucoup parmi nous ont eu la chance de connaitre par son travail et le don de son amitié. » Marc Fedlman a aussi rendu hommage à l’oeuvre du compositeur : « fidèle à son esprit curieux, humble devant la vaste puissance et beauté de la nature. Il voulait avant tout transmettre par sa musique au public son amour et son respect pour la nature. » 

Un autre collègue artiste associé à l’Orchestre de Bretagne précise avec émotion qu’il y « a une chose importante à retenir : Julien Gauthier était une personne capable de se servir du réel pour le “fantasmagorer”. Sa musique est une musique modale, délicate et il la rendait poignante avec pas grand chose. C’est une musique comme lui : qui a la capacité à aller au bout des rêves. Julien Gauthier était un aventurier, un personnage romanesque, et sa mort tragique a quelque chose qui, comme lui, n’était pas de ce siècle. Il était aventurier dans un monde dans lequel il est difficile de l’être. » [source : FranceMusique]

La Symphonie Australe, enregistrée par France Musique, lors de la soirée 40° Rugissants, par l’Orchestre Symphonique de Bretagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :