Gibson en faillite…

C’est une triste nouvelle pour le monde de la musique. La société Gibson, dont les guitares électriques ont été adoptées par les plus grands noms du blues et du rock’n’roll américains, de B.B. King à Keith Richards en passant par Eric Clapton, a déposé le bilan. La firme, en difficultés financières depuis plusieurs mois, a été contrainte de se placer mardi 1er mai sous la protection du chapitre XI de la loi sur les faillites des États-Unis (qui permet à une entreprise en difficulté de continuer à fonctionner normalement, tout en lui laissant le temps de chercher un accord avec ses créanciers), afin de renégocier une dette qui s’élève à 375 millions de dollars d’obligations, à rembourser ou refinancer avant le 1er août prochain.

Cette situation, catastrophique, aurait principalement été provoquée par une politique d’acquisitions ambitieuse menée au cours de ces dernières années par Henry Juszkiewicz, le PDG de Gibson…

… Toutefois, toujours selon Les Échos, Gibson ne compte pas mettre la clé sous la porte. Basée à Nashville (l’un des hauts lieux de la musique aux États-Unis), la maison, dont l’un des plus célèbres modèles est la guitare Les Paul, a en effet indiqué qu’elle comptait réorganiser son activité autour de son métier historique, en fermant sa division innovation. Si l’on en croit Henry Juszkiewicz, cette restructuration sera “quasiment imperceptible” pour les clients.