Immense tristesse : Dr John is gone

Il m’avait longtemps accompagné au travers des nuits de fête ou de solitude. Sa musique sentait la vase du bayou, la fumée des clopes et le whisky chaud. L’immense pianiste de la Nouvelle Orléans est mort hier jeudi d’une crise cardiaque. Ma tristesse est à la mesure du bonhomme. Ce soir, je réécouterai Gumbo, et Iko Iko, pour le souvenir des bons moments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :