James Brown, sur Bootsy Collins… et le Big One

« Lorsque j’ai rencontré Bootsy Collins, celui-ci jouait la basse, de manière trop volubile. Je lui ai montré l’importance du premier temps dans le funk. Je lui ai dit de s’accorder sur les parties dynamiques de ce premier temps au lieu de jouer autour de lui. Ensuite, il pouvait laisser voyager sa basse au bon endroit, après ce premier temps fondamental. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :