Modane, de Cuk…

Il y a longtemps, dans une autre galaxie, la Suisse, au milieu à droite de la carte, François Cunéo cherchait des rédacteurs pour le soulager de l’article quotidien qu’il s’imposait sur son site, cuk.ch.
J’étais tout jeune blogueur, Cuk était un site remarquable, par son ton et la personnalité de François, j’ai demandé si je pouvais collaborer et placer des articles. La réponse a été positive, enthousiaste et enthousiasmante. J’ai pris mon clavier à deux mains, et j’y suis resté plusieurs années, à écrire des bêtises sous le nom de

Modane

De 2007 à 2016, en fait. Et je me suis éclaté.
Les meilleures choses ont une fin. Les choses évoluent vite, sur le Net. On a vu arriver, petit à petit, des trolls dans les commentaires, et la courtoisie de rigueur, même dans des débats profonds, a commencé s’éclipser par moment. Lassé, j’ai prévenu François de ma lassitude, et j’ai arrêté d’y écrire. Vous n’allez pas le croire : ça m’a manqué. Alors, j’y suis retourné. Et puis, j’ai arrêté à nouveau…

À l’occasion du quinzième anniversaire de Cuk, François a annoncé la fermeture probable du site, pour les mêmes raisons. Lassitude…

Ce que j’en pense? Je le lui ai écrit le jour même…

Cuk a toujours été un remarquable espace de liberté. Il n’y en a pas tant, sur le web, des qui ont su rester à la fois intègres et populaires! Cuk est donc une référence et restera pour moi l’exemple d’une belle aventure réussie.

Après, il y a l’époque, le temps qui passe, et les vols de corniauds au dessus des plaines, redoutables de satisfaction et de vacuité, dont on reçoit les avis comme une chiure de mouette dans l’oeil… Heureusement, il n’y en a pas tant non plus, mais de plus en plus, et un jour on ferme boutique.

Ne gardons que les bons souvenirs… L’intense jubilation à la publication d’une humeur surprenante, l’avis bienveillant du fondateur, la sensation de l’amitié sereine et complice de ceux qui ont l’air d’attendre vos papiers… Merci pour tout, François, c’était bien sympa, ce travail en commun sur Cuk!

Ne gardons que les bons souvenirs… Les miens sont ici, mais sans les commentaires, qui sont primordiaux, chez Cuk! Je dois dire que je suis spécialement reconnaissant à François, pour m’avoir permis de me mettre à l’écriture, et que je dois remercier aussi l’équipe des rédacteurs et les commentateurs qui m’ont donné un moment l’illusion d’avoir une famille.

Voilà… Vous pouvez maintenant aller lire. Ou pas… C’est un archivage, même pas classé, pas un bouquin. Certains textes sonnent un peu étrangement, sortis du contexte, mais les souvenirs, c’est comme ça…