Round about Kurt Weill…

On m’a discrètement, faveur, passé un disque que vous n’aurez que si vous le désirez vraiment. Je vous préviens : ce sont des potes, et c’est du jazz. Mais vous me connaissez : en musique, pote ou pas pote, si on presse un disque, c’est que la musique est bonne.  Pour tout dire, les amis qui font des disques prennent des risques avec moi. C’est pour cela, d’ailleurs, que je peux compter mes amis sur les doigts de Django Reinhart.

En plus, il y a alibi culturel, puisqu’il s’agit de réinterpréter les pièces de l’Opéra de Quat’ sous, de l’ami Weill, qui est souvent le refuge des gens qui n’ont rien à dire.

Bien… Je vous le dis tout de suite : c’est bon. Ce n’est pas seulement bon, c’est très bon. C’est même énorme!

Pas un moment, à l’écoute, on se demande d’où ça vient : ça coule de source, et que quelle manière! Pas un moment on écoute un disque de profs. Ces types jouent vraiment, et ils aiment ça. C’est gorgé de feeling, joué impeccablement, arrangé en main de maître, avec un son digne des meilleures prods. (Pour les curieux, j’ai écouté ensuite  le deuxième de Diana Krall, qui, bien sûr, ne travaille qu’avec les meilleurs, eh bien son son n’avait rien de plus, et ses musiciens et leur musique n’étaient pas meilleurs.) Résumons : c’est de l’excellent, Django va devoir se faire pousser un troisième doigt!

 

Bref, ce disque est une vraie claque et un vrai bonheur. J’espère bien qu’on va le voir à la vente. Pour ma part, je l’ai rangé à côte de Birth of the cool. Parce que c’est beau. Voyez si vous pouvez vous le procurer : c’est un objet musical rare.

  • Pierre-Marie Bonafos : arrangements, saxes aigus et direction
  • Gilles Ferré & Philippe Miller : Saxes ténor (Dexter et Coltrane)
  • Trompette & bugle : Bruno Nouvion
  • Trombone : Martine Degioanni
  • Trombone basse & tuba : Thierry Debeauple
  • Vibraphone : Quentin Dubreuil
  • À la section rythmique : Mathieu Penot (bat.), Florent Corbou (bas.) Julien Chevalier (Guit.)
  • Aux manettes : Jean-Baptiste Bruhnes (Chapeau bas!)

À noter la participation d’ Edgar Sekloka, aux textes et aux voix; on connaît son talent de poète et de slameur, et c’est bon!

 

 

3 pensées sur “Round about Kurt Weill…

    • 18 novembre 2019 à 14 h 01 min
      Permalink

      Petite chose… Sincère et méritée! 🙂

      Répondre
  • 18 novembre 2019 à 11 h 30 min
    Permalink

    A chaque fois que je vois, que j’entends jouer tout ou partie de ce “multitet”, c’est un vrai régal, un pur plaisir !
    Enfin la possibilité de les écouter à la maison, au travail, n’importe où, n’importe quand, dès qu’on en a envie…
    On lance une souscription ? un kisskissbankbank ? une kermesse ? un loto ? un mécénat ?
    Je m’inscris de suite !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.